Laisser passer, mon âme sœur m'attend !

Les amphibiens sont les plus anciens vertébrés terrestres. Anciennement nommés batraciens, ces derniers sont tous protégés en France et forment une multitude d’espèces. Chaque année, de mars à mai, c'est leur période de reproduction.

Les amphibiens sont les plus anciens vertébrés terrestres. Anciennement nommés batraciens, ces derniers sont tous protégés en France et forment une multitude d’espèces. Parmi elles (de gauche à droite) : la Salamandre tachetée, le Triton marbré, le Crapaud commun, le Crapaud calamite, la Grenouille verte, la Rainette, etc.

La migration des amphibiens

Tous les ans, durant les mois de mars à mai, les amphibiens entament leur migration pour aller retrouver le point d’eau qui les a vu naître et grandir, en vue de s’y reproduire. En effet, après avoir passé l’hiver à l’abri du froid, en se terrant par exemple dans un trou dans un milieu boisé, les amphibiens rejoignent les zones humides dès lors que la période de reproduction commence : c’est le phénomène de migration.

 

bassin a grenouille - Recherche Google | Vertebrados, Ciclo de la rana ...

Pour se reproduire, les amphibiens rencontrent néanmoins plusieurs obstacles. Du fait de la fragmentation des habitats, il est fréquent qu’ils soient amenés à traverser des chemins et/ou des routes pour atteindre leur mare de reproduction, entrainant un risque fort de mortalité (écrasements et percussions par les voitures ou les passants). D’après la Société Herpétologique de France (SHF) « si plus de trois véhicules passent par minute sur la chaussée, la probabilité pour un amphibien d’y être écrasé devient supérieur à celle de réussir à traverser ».

Différents dispositifs peuvent être mis en place pour protéger les amphibiens pendant la période de migration :

  • Installation de crapauducs, des dispositifs permanents représentés par des tunnels sous les axes routiers ;
  • Installation de crapaudromes, des dispositifs temporaires nécessitant l’intervention de bénévoles : un filet est installé le long des routes, ainsi que des seaux enfoncés dans le sol. Les amphibiens tombent dans les sceaux et sont récupérées tous les matins par les bénévoles qui les déposent de l’autre coté de la route.
    © Aquaportail © Le Parisien 

                                                                                                                      

 

La reproduction des amphibiens

Les mâles sont les premiers à arriver au lieux de reproduction où ils se mettent à chanter. Une fois l’arrivée des femelle, les mâles grimpent sur leur dos à l’aide des petites callosités rugueuses sur leurs pattes. Le mâle et la femelle forment ainsi ce qu’on appelle un amplexus. La fenêtre d’accouplement étant très courte, les femelles sont très sollicitées. Il arrive parfois qu’un grand nombre de mâles se retrouve sur le dos d’une seule et même femelle, entrainant un risque de mort pour elle. 

Amplexus : définition et explications

La fécondation est majoritairement externe chez les amphibiens. La femelle libère ses œufs dans l’eau (pouvant aller jusqu’à 6000 œufs chez certaines espèces) qui sont ensuite recouverts par la semence du mâle. Les adultes repartent sur la terre ferme, laissant les œufs seuls. Chez certaines espèces, la reproduction est différente. Par exemple l’Alyte accoucheur récupère les œufs et les conserve sur son dos jusqu’à leur maturité, puis les déposes ensuite dans l’eau. La Salamandre tachetée dépose, quant à elle, ses larves directement dans l’eau.

Les œufs pondus sont soumis eux aussi à quelques dangers. Il y a les prédateurs aquatiques naturels (poissons, larves de libellules, coléoptère, etc.) mais également les promeneurs qui collectent des œufs pour les transférer chez eux ou encore leurs animaux de compagnie, tels que les chiens, qui viennent se baigner et endommager les pontes.

 

Devenir acteur dans la protection des amphibiens 

Afin de préserver les différentes espèces d’amphibiens qui nous entourent, voici quelques bons gestes et actions simples à réaliser : 

  • Lors de vos promenades en forêt, notamment de mars à mai, ouvrez bien les yeux car il se peut que de petits amphibiens se faufilent entre vos pieds ;
  • Ne laissez pas vos animaux domestiques se baigner dans les mares lors de la période de reproduction ; 
  • Ne prélevez pas les pontes et laissez ces petites bêtes se développer là où elles sont nées !

Enfin, vous pouvez aussi participer à des opérations de sauvetages des amphibiens. Il en existe un peu partout en France. N’hésitez pas à vous rapprocher de l’association locale la plus proche de chez vous pour vous renseigner, telles que la LPO.

 

À noter que l’Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection, interdit : 

« la destruction ou l'enlèvement des œufs et des nids, la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement des animaux » 

« la perturbation intentionnelle des animaux, pour autant que la perturbation remette en cause le bon accomplissement des cycles biologiques de l'espèce considérée ».

 

Pour en savoir plus : Amphibiens et routes – Société Herpétologique de France | La SHF

Amphibiens : caractéristiques, types, alimentation et reproduction (etrevert.net)

Pour participer à la sauvegardes des amphibiens : Migration des amphibiens - Appel à participation de 2024 - ARB (arb-idf.fr)

 

Retour aux articles